Faire de la géographie historique en Grèce antique aujourd’hui

carte Grèce

L’expression de « géographie historique » est encore aujourd’hui malaisée à utiliser : tiraillée entre des géographes qui se l’accaparent (Christian Grataloup voulait ainsi qu’elle devienne une épreuve à l’agrégation de géographie) et des historiens qui ne parviennent pas à la définir clairement, ni à se l’approprier, cette discipline souffre encore aujourd’hui d’un « déficit d’image » (Philippe Boulanger).

En sciences historiques, les définitions abondent, peu se rejoignent :

–          pour l’archéologue Matthieu Ghilardi, la géographie historique est  une « discipline qui a pour but de restituer l’évolution des paysages d’une région donnée sur une période précise de l’histoire »

–           pour Charles Higounet (historien médiéviste), « la géographie historique peut s’entendre aujourd’hui comme la restitution à un moment donné d’un état géographique qui a pu échapper d’ailleurs aux hommes de cette époque. C’est la reconstitution du passé géographique. ».

Et elles ne se fondent guère avec les tentatives de définition géographiques :

–          Pour Jean-René Trochet (géographe qui s’intéresse aux paysanneries depuis l’époque médiévale jusqu’à aujourd’hui), elle serait l’« étude des relations entre les hommes et les territoires dans les sociétés traditionnelles »

–          Pour Christian Grataloup, elle permet une « approche strictement géographique, synchronique d’une société. On peut traquer les relations au milieu naturel, les logiques spatiales, les identités territoriales. »

Face au flou d’une telle discipline, des néologismes ont été crées de toutes parts :

–          Géohistoire (terme de Fernand Braudel) pour comprendre les permanences et les dynamiques sociales en interaction avec leur géographie. Le temps est long est privilégié. « Des logiques géographiques mises en évidence, on peut faire découler les permanences et les changements des sociétés étudiées, leur événementialité » (Chr. Grataloup)

–          Métagéographie qui s’intéresse à « l’ensemble des structures spatiales à travers lesquelles les individus et les sociétés ordonnent leur connaissance géographique du monde » (Philippe Pelletier)

–          Géohistoire du patrimoine, qui s’intéresse aux notions de bâti et de paysage

Commencer une thèse concernant une région précise (l’Argolide), dans un espace de temps limité (époques archaïque et classique), c’est donc s’inscrire dans toute cette historiographie et tenter d’en démêler les méthodes, les intérêts, les défauts. Car si les domaines de l’histoire géographique varient déjà selon notre point de vue historien ou géographe, ils ne deviennent que plus flous quand on se focalise sur l’histoire de l’Antiquité. En effet, l’expression se retrouve souvent employée par les auteurs, sans qu’une définition pertinente ne soit donnée.

Qu’est ce donc que faire de la géographie historique dans les sciences de l’Antiquité ?

Pour tenter de répondre à cette question, je me permets de citer un article de Denis Roussel, intitulé « Centre urbain, frontière et espace rural dans les cités de Grèce centrale » et qui me paraît particulièrement brillant quant à cette approche disciplinaire.

Après avoir brossé une rapide historiographie des recherches concernant l’histoire de la Grèce antique et l’étude des territoires, l’auteur distingue deux penchants de la géographie historique : la géographie politique (liée à la polis, à la cité grecque) et la géographie rurale (davantage liée à la chôra) et s’indigne que la première soit délaissée au profit de la seconde. Il démontre alors que l’une et inséparable de l’autre pour comprendre la complexité de la cité et de l’organisation de son territoire et revendique l’application de la géographie historique comme un tout, puisque « c’est avant tout à l’échelle de la cité, et non à l’échelle d’une région, que l’archéologie de l’espace rural dans le monde grec à un sens ».

Le terme de géographie politique a ceci de pratique qu’il permet de comprendre que l’historien va s’intéresser avant tout aux structures et dynamiques de la polis, plutôt qu’à une autre entité territoriale (confédération, empire, région culturelle). En ce sens, une grande partie de ma recherche sera liée à la géographie politique, puisqu’un de mes buts premiers est de dénombrer les cités en Argolide, de comprendre leurs structures, de visualiser leur chôra et l’influence qu’elles exercent sur ces dernières.

Mais ma recherche utilisera également la notion de géographie territoriale (pour me démarquer des géographes, je préférerai même l’expression d’histoire territoriale) : l’Argolide ne correspond nullement à la chôra d’une seule cité, mais constitue un tout territorial, défini avant tout comme un ensemble géographiquement et culturellement unifié, ayant en son sein plusieurs poleis.

Je ne pense pas que ma recherche puisse s’inscrire entièrement dans le concept de « géographie historique » dans la mesure où certains domaines de la géographie, comme l’étude de la géomorphologie ou même de la relation des hommes à leur milieu naturel, ne seront pas l’objet de mon étude. Il s’agit bien plutôt d’étudier la définition du territoire que les hommes de l’époque se donnaient, l’organisation politique de ce territoire. En ce sens, mon travail relèvera avant tout de sous-domaines propres à la géographie historique, la géographie politique et l’histoire du territoire.

Bibliographie :

Matthieu Ghilardi, thèse soutenue en 2007, « dynamiques spatiales et reconstitutions paléogéographiques de la plaine de Thessalonique (Grèce) à l’holocène récent », Paris XII Val-de-Marne

Charles Higounet, « La géohistoire », dans Ch. Samaran [Dir.], L’histoire et ses méthodes,  Pléiade, 1961, p. 68-91

Philippe Pelletier, « la grande divergence à résorber : l’Orient et l’Occident vus par Élisée Reclus », in Elisée Reclus – Paul Vidal de la Blache: Le géographe, la cité et le monde …, L’Harmattan, 2009

Denis Roussel, « Centre urbain, frontière et espace rural dans les cités de Grèce Centrale », Actes de la table-ronde Territoires des cités grecques, BCH Supplément 34, 1999, p. 35-77

Jean-René Trochet, Géographie historique. Hommes et territoires dans les sociétés traditionnelles,  Nathan, 2000

Une héroïne argienne : la poétesse Télésilla

Plutarque, Actions courageuses des femmes, IV

« Argiennes.

Aucun des exploits réalisés collectivement par des femmes n’est plus illustre que le combat qu’elles menèrent contre Cléomène pour la défense d’Argos à l’instigation de la poétesse Télésilla. Celle-ci, dit-on, appartenait à une illustre maison, mais était d’une constitution maladive, aussi envoya-t-elle consulter la divinité sur sa santé ; et comme l’oracle lui répondit de servir les Muses, elle obéit à la divinité et se consacra au chant et à l’harmonie musicale, si bien qu’elle fut vite délivrée de son mal et que son talent poétique lui valut l’admiration des femmes.

Lorsque Cléomène, roi de Sparte, après avoir tué un grand nombre d’Argiens (non, certes, sept mille sept cent soixante-dix-sept, selon les fables de quelques-uns), marcha sur leur cité, un élan d’audace divine incita les femmes qui étaient dans la force de l’âge à s’efforcer de repousser l’ennemi pour défendre leur patrie. Sous la conduite de Télésilla, elles prirent les armes, et se tenant près des créneaux, elles couronnèrent le cercle des remparts, à la stupéfaction de l’ennemi. Le résultat fut qu’elles refoulèrent Cléomène en lui infligeant de grandes pertes et qu’elles chassèrent le second roi, Démarate, qui, selon Socrate, avait réussi à entrer et à occuper le Pamphyliacon. La cité ayant ainsi trouvé son salut, on enterra sur la Voie Argienne les femmes tombées au combat et il fut donné aux survivants, pour commémorer leur vaillance, d’ériger la statue d’Enyalios. Le combat eut lieu, selon les uns, le septième jour selon les autres, le premier de ce qui est maintenant chez les Argiens le quatrième mois, mais était autrefois le mois Hermaïos. Ce jour-là, ils célèbrent jusqu’à présent les Hybristica, pendant laquelle ils font revêtir aux femmes des tuniques et des casaques d’hommes et aux hommes des robes et des voiles de femmes.

Lorsque d’autre part ils cherchèrent à remédier au manque d’hommes, ce n’est pas aux esclaves, comme le rapporte Hérodote, qu’ils donnèrent les femmes en mariage, mais aux plus nobles des périèques, après leur avoir accordé le droit de cité. Or, même ceux-ci, elles paraissaient les mépriser et les dédaigner dans les relations conjugales, les tenant pour des inférieurs. Voilà pourquoi ils établirent une coutume qui prescrit aux femmes mariées l’obligation de porter une barbe pour dormir avec leur époux. »

(traduction légèrement modifiée de Jacques Boulogne)

[Il ne reste aujourd’hui que sept fragments de l’oeuvre de Télésilla, poétesse argienne qui aurait vécu au Vème siècle avant J.-C. : elle aurait ainsi participé vers 494 à la bataille de Sépéia, ici évoquée par Plutarque, quelques sept siècles plus tard, preuve de sa notoriété]