Les frontières en Grèce antique

borne iiEn travaillant pour une de mes interventions sur l’Argolide pour le colloque Antheia, consacré aux frontières dans l’antiquité (juin 2013), je me suis rendue compte de l’absence d’une étude concrète sur les frontières politiques et/ou symboliques en Grèce aux époques archaïque et classique.

Giovanna Daverio Rocchi est l’une des seules à s’être intéressée à la question dans son ouvrage Frontiera e confini nella Grecia antica, publié en 1988 : elle s’intéresse aux différents termes désignant la frontière politique des territoires grecs : horos (souvent traduit par borne), eschatiai (les confins), chôrai érèmoi (lieux déserts)…

La question a surtout été étudié du point de vue des inscriptions dites « d’arbitrage »[1], datant pour la majorité de l’époque hellénistique. A la suite d’un désaccord (au sujet le plus souvent de pâturages, de mouillages…), deux cités se soumettent au jugement d’un tiers (l’assemblée d’une autre cité, un magistrat d’une autre cité, ou enfin, à l’époque romaine, un magistrat envoyé par le sénat romain). L’Argolide constitue l’un des dossiers importants, puisque trois inscriptions rappellent de tels désaccords entre Epidaure et Corinthe (arbitre : Mégare, vers 242/241 avant J.-C.), entre Epidaure et Hermionè (arbitre : Milet et Rhodes, IIème s. avant J.-C.) et entre Trézène et Méthana (vers 164 avant J.-C.).

Mais peu d’études se consacrent à la frontière comme marquage symbolique entre deux territoires, à la conscience qu’avaient les Grecs de ce marquage, à la forme que prenait concrètement cette séparation.

L’inventaire des cités grecques, réalisé par M. H. Hansen et cité dans un article précédent, n’évoque pas la frontière comme constitutive de la cité grecque. Pourtant Giovanna Daverio Rocchi affirmait que la mise en place de frontières bien délimitées est une pratique courante dans la construction des cités. Un grand pan reste donc à étudier pour concevoir ce qu’est la frontière politique (au sens étymologique, de la polis).

Une orientation semble selon moi se dégager de ce colloque et des discussions qu’il a engendrées : le terme de frontière entre soi et autrui n’existe pas en grec. On perçoit le barbare comme étranger à soi, mais on ne conçoit pas une limite, au-delà de laquelle tout serait liée à ce barbare et se distinguerait du Grec. Ce n’est pas en termes de frontière mais en termes de degré d’altérité qu’il faudrait penser la distinction entre un grec et un barbare. Comme disait François Hartog, « la question de l’altérité pose celle de frontière », mais le terme de « frontière symbolique » n’a pas d’équivalent en grec.

A partir de ce constat (pas de notion de frontière symbolique), que devient la frontière politique ? Ne devient-elle plus qu’une façon de marquer l’autorité d’une polis, sans que cela n’ait d’incidences sur les représentations ? Prenons un cas pratique : si la cité d’Epidaure marque avec des bornes son territoire, face à la cité de Trézène, cela ne voudrait pas dire que les Epidauriens se sentaient différents des Trézèniens, mais qu’ils voulaient juste distinguer l’espace où s’étendait leur autorité. La frontière politique ne serait alors pas une frontière symbolique.

Alors, je ne peux terminer ce développement qu’en citant, encore une fois, le grand spécialiste de la cité en Grèce antique, M. H. Hansen, dans son dernier ouvrage Polis (édition des Belles Lettres, p. 81) :

 « Dans la polis, l’identité politique était une chose entièrement différente de l’identité ethnique ou nationale. Les citoyens d’une polis partageaient leur identité ethnique (langue, culture, histoire, religion) avec les citoyens d’autres cités de la région, tandis que pour eux, l’identité politique (dont le patriotisme) était centré sur la polis elle-même et distinguait toute polis de ses voisines »

Les habitants de l’Argolide habitaient donc bel et bien telle ou telle cité, et possédait une identité politique proprement argienne, épidaurienne ou trézènienne, mais il est fort possible qu’ils partageaient tous une identité plus englobante, « ethnique », au sens où l’a défini Jonathan M. Hall dans Ethnic Identity in Greek antiquity.


[1] M. Sartre, « Aspects économiques et aspects religieux de la frontière dans les cités grecques », Ktéma 4 (1979), p. 214-224 ; D. Rousset, « les frontières des cités grecques. Premières réflexions à partir du recueil des documents épigraphiques », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 5 (1994), p. 97-126

La cité dans le monde antique : une historiographie récente (des généralités à l’Argolide)

Greece vintage map

La cité grecque a toujours suscité l’intérêt des chercheurs : il suffit de relire l’éternelle Cité Antique (1864) de Numa Denis Fustel de Coulanges pour s’en convaincre. Pourtant le sujet est toujours objet de moultes controverses. Si nombreux sont les étudiants français à avoir parcouru la Cité dans le monde grec de Raoul Lonis (1994) et à accepter qu’une cité, ce soit avant tout « une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard), l’historiographie tend aujourd’hui à reformuler une telle définition.

En effet, depuis quelques années, nous assistons à un véritable renouvellement de l’histoire des cités grecques sous l’égide de M. H. Hansen et de son Copenhagen Polis Centre, fondé en 1993. L’historien, assisté de toute une équipe d’experts, est à l’origine de l’édition, en 2005, d’ un volume inédit (An Inventory of Archaic and Classical Poleis, Oxford University Press).

Cet ouvrage, mine d’or pour tous les historiens, archéologues et littéraires, se divise en deux parties : une tentative de définition de la cité dans le monde grec, suivie d’un inventaire extrêmement détaillé des cités connues et reconnues, regroupées par région géographique.

Ainsi Marcel Piérart s’est-il occupé du territoire de l’Argolide (p. 599-619) : il y dénombre une dizaine de cités (Argos, Epidaure, Mycènes, Trézène, Phlionte, Halieis, Méthana, Cléonai, Hermionè, Tirynthe et Ornéai).

La collaboration de ces différents chercheurs a permis de rectifier certaines erreurs de leurs prédécesseurs. Par exemple, si, au début des années 1990, le nombre de cités grecques aux époques archaïque et classique était évalué à 800, les travaux de M. H. Hansen ont permis de réévaluer ce nombre à 1035 (862 dans l’année 400 avant J.-C.).

Ce dénombrement est le résultat d’une nouvelle définition de la cité, mise au point par M.H. Hansen et ses collègues. Tout en partant de la traditionnelle définition institutionnelle de la polis fournie par Aristote (Politique, III, 9), ils s’éloignèrent de la définition habituelle de la cité comme d’une communauté d’hommes indépendante. Selon eux, l’idée de dépendance est trompeuse, puisqu’il existe de nombreuses cités sous dépendance d’un pouvoir royal (séleucide, lagide ou autres), d’une confédération (étolienne, béotienne…), ou d’une autre cité (Sparte et la Messénie).

Ils remettent cependant l’accent sur certains éléments caractéristiques de la cité. Prenons l’exemple d’Argos (p. 602-606) : après une description topographique, suivent les dénominations de la cité et du territoire, l’analyse de ce territoire et de ses frontières, la démographie, l’histoire politique, la constitution politique, l’organisation politique et ses membres, les divinités poliades, les relations internationales (concours), l’urbanisme et le monnayage. Tous ces critères permettent de différencier un simple village (kômè) d’une véritable cité (polis).

Ce travail innovant fut toutefois critiqué sur plusieurs points (entre autres par Pierre Fröhlich, « l’inventaire du monde des cités grecques. Une somme, une méthode et une conception de l’histoire ») : sur cette notion même de dépendance, sur la définition de la cité, trop « institutionnelle » et trop oublieuse de la société, ainsi que sur des points de méthode quant à la publication et à ses choix. 

Quelques soient les critiques qui lui sont faites, cet ouvrage a permis d’associer la pluralité des cités, la notion d’ « entités territoriales régionales » (Argolide) et la notion plus général de polis. Et cette association est pour moi primordiale, puisque ma thèse, intitulée « Structures, dynamiques et interactions des cités en Argolide aux époques archaïque et classique : une réflexion sur la domination politique d’une cité au cœur d’un territoire dans le monde grec », a pour but de déterminer quel établissement est cité au sein de l’Argolide.

Pour se faire, il faut, selon moi, partir d’une première définition de l’Argolide. Dans l’ouvrage de M. H. Hansen,  l’Argolide prend ainsi en compte la cité de Phlionte, mais pas celle de Corinthe : pourtant, une des seules définitions concrêtes que nous ayons de l’Argolide est celle de Pausanias au livre II de sa Périégèse, qui commence ainsi : « la Corinthie, qui fait partie du territoire argien (…) ( δὲ Κορινθία χώρα μοῖρα οὖσα τῆς Ἀργείας) ».

Si l’on prend en compte cette description, Corinthe devrait figurer dans le chapitre concernant l’Argolide. Il est certain que cette définition ne s’applique qu’à l’époque contemporaine de l’auteur (Pausanias étant une source d’époque romaine) et que le choix de séparer Corinthe de l’Argolide fut fait en fonction de la géographie historique que l’on pense être celle de l’Argolide aux époques archaïque et classique. Marcel Piérart a ainsi parfaitement relevé ce qui, selon moi, constitue, aux époques archaïque et classique les cités d’Argolide. Il me faut donc commencer ma thèse par une géographie historique de ce territoire.

Une cité se comprend en effet également par les interactions qu’elle entretient avec les autres cités d’une même zone géographique et culturelle : ce ne sont donc pas les cités en Argolide qu’il me faut étudier, mais l’Argolide des cités.

 

 

Faire de la géographie historique en Grèce antique aujourd’hui

carte Grèce

L’expression de « géographie historique » est encore aujourd’hui malaisée à utiliser : tiraillée entre des géographes qui se l’accaparent (Christian Grataloup voulait ainsi qu’elle devienne une épreuve à l’agrégation de géographie) et des historiens qui ne parviennent pas à la définir clairement, ni à se l’approprier, cette discipline souffre encore aujourd’hui d’un « déficit d’image » (Philippe Boulanger).

En sciences historiques, les définitions abondent, peu se rejoignent :

–          pour l’archéologue Matthieu Ghilardi, la géographie historique est  une « discipline qui a pour but de restituer l’évolution des paysages d’une région donnée sur une période précise de l’histoire »

–           pour Charles Higounet (historien médiéviste), « la géographie historique peut s’entendre aujourd’hui comme la restitution à un moment donné d’un état géographique qui a pu échapper d’ailleurs aux hommes de cette époque. C’est la reconstitution du passé géographique. ».

Et elles ne se fondent guère avec les tentatives de définition géographiques :

–          Pour Jean-René Trochet (géographe qui s’intéresse aux paysanneries depuis l’époque médiévale jusqu’à aujourd’hui), elle serait l’« étude des relations entre les hommes et les territoires dans les sociétés traditionnelles »

–          Pour Christian Grataloup, elle permet une « approche strictement géographique, synchronique d’une société. On peut traquer les relations au milieu naturel, les logiques spatiales, les identités territoriales. »

Face au flou d’une telle discipline, des néologismes ont été crées de toutes parts :

–          Géohistoire (terme de Fernand Braudel) pour comprendre les permanences et les dynamiques sociales en interaction avec leur géographie. Le temps est long est privilégié. « Des logiques géographiques mises en évidence, on peut faire découler les permanences et les changements des sociétés étudiées, leur événementialité » (Chr. Grataloup)

–          Métagéographie qui s’intéresse à « l’ensemble des structures spatiales à travers lesquelles les individus et les sociétés ordonnent leur connaissance géographique du monde » (Philippe Pelletier)

–          Géohistoire du patrimoine, qui s’intéresse aux notions de bâti et de paysage

Commencer une thèse concernant une région précise (l’Argolide), dans un espace de temps limité (époques archaïque et classique), c’est donc s’inscrire dans toute cette historiographie et tenter d’en démêler les méthodes, les intérêts, les défauts. Car si les domaines de l’histoire géographique varient déjà selon notre point de vue historien ou géographe, ils ne deviennent que plus flous quand on se focalise sur l’histoire de l’Antiquité. En effet, l’expression se retrouve souvent employée par les auteurs, sans qu’une définition pertinente ne soit donnée.

Qu’est ce donc que faire de la géographie historique dans les sciences de l’Antiquité ?

Pour tenter de répondre à cette question, je me permets de citer un article de Denis Roussel, intitulé « Centre urbain, frontière et espace rural dans les cités de Grèce centrale » et qui me paraît particulièrement brillant quant à cette approche disciplinaire.

Après avoir brossé une rapide historiographie des recherches concernant l’histoire de la Grèce antique et l’étude des territoires, l’auteur distingue deux penchants de la géographie historique : la géographie politique (liée à la polis, à la cité grecque) et la géographie rurale (davantage liée à la chôra) et s’indigne que la première soit délaissée au profit de la seconde. Il démontre alors que l’une et inséparable de l’autre pour comprendre la complexité de la cité et de l’organisation de son territoire et revendique l’application de la géographie historique comme un tout, puisque « c’est avant tout à l’échelle de la cité, et non à l’échelle d’une région, que l’archéologie de l’espace rural dans le monde grec à un sens ».

Le terme de géographie politique a ceci de pratique qu’il permet de comprendre que l’historien va s’intéresser avant tout aux structures et dynamiques de la polis, plutôt qu’à une autre entité territoriale (confédération, empire, région culturelle). En ce sens, une grande partie de ma recherche sera liée à la géographie politique, puisqu’un de mes buts premiers est de dénombrer les cités en Argolide, de comprendre leurs structures, de visualiser leur chôra et l’influence qu’elles exercent sur ces dernières.

Mais ma recherche utilisera également la notion de géographie territoriale (pour me démarquer des géographes, je préférerai même l’expression d’histoire territoriale) : l’Argolide ne correspond nullement à la chôra d’une seule cité, mais constitue un tout territorial, défini avant tout comme un ensemble géographiquement et culturellement unifié, ayant en son sein plusieurs poleis.

Je ne pense pas que ma recherche puisse s’inscrire entièrement dans le concept de « géographie historique » dans la mesure où certains domaines de la géographie, comme l’étude de la géomorphologie ou même de la relation des hommes à leur milieu naturel, ne seront pas l’objet de mon étude. Il s’agit bien plutôt d’étudier la définition du territoire que les hommes de l’époque se donnaient, l’organisation politique de ce territoire. En ce sens, mon travail relèvera avant tout de sous-domaines propres à la géographie historique, la géographie politique et l’histoire du territoire.

Bibliographie :

Matthieu Ghilardi, thèse soutenue en 2007, « dynamiques spatiales et reconstitutions paléogéographiques de la plaine de Thessalonique (Grèce) à l’holocène récent », Paris XII Val-de-Marne

Charles Higounet, « La géohistoire », dans Ch. Samaran [Dir.], L’histoire et ses méthodes,  Pléiade, 1961, p. 68-91

Philippe Pelletier, « la grande divergence à résorber : l’Orient et l’Occident vus par Élisée Reclus », in Elisée Reclus – Paul Vidal de la Blache: Le géographe, la cité et le monde …, L’Harmattan, 2009

Denis Roussel, « Centre urbain, frontière et espace rural dans les cités de Grèce Centrale », Actes de la table-ronde Territoires des cités grecques, BCH Supplément 34, 1999, p. 35-77

Jean-René Trochet, Géographie historique. Hommes et territoires dans les sociétés traditionnelles,  Nathan, 2000