Une héroïne argienne : la poétesse Télésilla

Plutarque, Actions courageuses des femmes, IV

« Argiennes.

Aucun des exploits réalisés collectivement par des femmes n’est plus illustre que le combat qu’elles menèrent contre Cléomène pour la défense d’Argos à l’instigation de la poétesse Télésilla. Celle-ci, dit-on, appartenait à une illustre maison, mais était d’une constitution maladive, aussi envoya-t-elle consulter la divinité sur sa santé ; et comme l’oracle lui répondit de servir les Muses, elle obéit à la divinité et se consacra au chant et à l’harmonie musicale, si bien qu’elle fut vite délivrée de son mal et que son talent poétique lui valut l’admiration des femmes.

Lorsque Cléomène, roi de Sparte, après avoir tué un grand nombre d’Argiens (non, certes, sept mille sept cent soixante-dix-sept, selon les fables de quelques-uns), marcha sur leur cité, un élan d’audace divine incita les femmes qui étaient dans la force de l’âge à s’efforcer de repousser l’ennemi pour défendre leur patrie. Sous la conduite de Télésilla, elles prirent les armes, et se tenant près des créneaux, elles couronnèrent le cercle des remparts, à la stupéfaction de l’ennemi. Le résultat fut qu’elles refoulèrent Cléomène en lui infligeant de grandes pertes et qu’elles chassèrent le second roi, Démarate, qui, selon Socrate, avait réussi à entrer et à occuper le Pamphyliacon. La cité ayant ainsi trouvé son salut, on enterra sur la Voie Argienne les femmes tombées au combat et il fut donné aux survivants, pour commémorer leur vaillance, d’ériger la statue d’Enyalios. Le combat eut lieu, selon les uns, le septième jour selon les autres, le premier de ce qui est maintenant chez les Argiens le quatrième mois, mais était autrefois le mois Hermaïos. Ce jour-là, ils célèbrent jusqu’à présent les Hybristica, pendant laquelle ils font revêtir aux femmes des tuniques et des casaques d’hommes et aux hommes des robes et des voiles de femmes.

Lorsque d’autre part ils cherchèrent à remédier au manque d’hommes, ce n’est pas aux esclaves, comme le rapporte Hérodote, qu’ils donnèrent les femmes en mariage, mais aux plus nobles des périèques, après leur avoir accordé le droit de cité. Or, même ceux-ci, elles paraissaient les mépriser et les dédaigner dans les relations conjugales, les tenant pour des inférieurs. Voilà pourquoi ils établirent une coutume qui prescrit aux femmes mariées l’obligation de porter une barbe pour dormir avec leur époux. »

(traduction légèrement modifiée de Jacques Boulogne)

[Il ne reste aujourd’hui que sept fragments de l’oeuvre de Télésilla, poétesse argienne qui aurait vécu au Vème siècle avant J.-C. : elle aurait ainsi participé vers 494 à la bataille de Sépéia, ici évoquée par Plutarque, quelques sept siècles plus tard, preuve de sa notoriété]

 


2 réflexions au sujet de « Une héroïne argienne : la poétesse Télésilla »

    1. si en effet, Pausanias en fait mention a deux reprises dans le livre II, tout d’abord pour signaler la présence d’une statue qui la représente à Argos, des livres épars à ses pieds, puis pour évoquer un débat concernant un sanctuaire d’Apollon, disputé entre Hermionè et Argos (Télésilla aurait pris parti pour Argos)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *