Les frontières en Grèce antique

borne iiEn travaillant pour une de mes interventions sur l’Argolide pour le colloque Antheia, consacré aux frontières dans l’antiquité (juin 2013), je me suis rendue compte de l’absence d’une étude concrète sur les frontières politiques et/ou symboliques en Grèce aux époques archaïque et classique.

Giovanna Daverio Rocchi est l’une des seules à s’être intéressée à la question dans son ouvrage Frontiera e confini nella Grecia antica, publié en 1988 : elle s’intéresse aux différents termes désignant la frontière politique des territoires grecs : horos (souvent traduit par borne), eschatiai (les confins), chôrai érèmoi (lieux déserts)…

La question a surtout été étudié du point de vue des inscriptions dites « d’arbitrage »[1], datant pour la majorité de l’époque hellénistique. A la suite d’un désaccord (au sujet le plus souvent de pâturages, de mouillages…), deux cités se soumettent au jugement d’un tiers (l’assemblée d’une autre cité, un magistrat d’une autre cité, ou enfin, à l’époque romaine, un magistrat envoyé par le sénat romain). L’Argolide constitue l’un des dossiers importants, puisque trois inscriptions rappellent de tels désaccords entre Epidaure et Corinthe (arbitre : Mégare, vers 242/241 avant J.-C.), entre Epidaure et Hermionè (arbitre : Milet et Rhodes, IIème s. avant J.-C.) et entre Trézène et Méthana (vers 164 avant J.-C.).

Mais peu d’études se consacrent à la frontière comme marquage symbolique entre deux territoires, à la conscience qu’avaient les Grecs de ce marquage, à la forme que prenait concrètement cette séparation.

L’inventaire des cités grecques, réalisé par M. H. Hansen et cité dans un article précédent, n’évoque pas la frontière comme constitutive de la cité grecque. Pourtant Giovanna Daverio Rocchi affirmait que la mise en place de frontières bien délimitées est une pratique courante dans la construction des cités. Un grand pan reste donc à étudier pour concevoir ce qu’est la frontière politique (au sens étymologique, de la polis).

Une orientation semble selon moi se dégager de ce colloque et des discussions qu’il a engendrées : le terme de frontière entre soi et autrui n’existe pas en grec. On perçoit le barbare comme étranger à soi, mais on ne conçoit pas une limite, au-delà de laquelle tout serait liée à ce barbare et se distinguerait du Grec. Ce n’est pas en termes de frontière mais en termes de degré d’altérité qu’il faudrait penser la distinction entre un grec et un barbare. Comme disait François Hartog, « la question de l’altérité pose celle de frontière », mais le terme de « frontière symbolique » n’a pas d’équivalent en grec.

A partir de ce constat (pas de notion de frontière symbolique), que devient la frontière politique ? Ne devient-elle plus qu’une façon de marquer l’autorité d’une polis, sans que cela n’ait d’incidences sur les représentations ? Prenons un cas pratique : si la cité d’Epidaure marque avec des bornes son territoire, face à la cité de Trézène, cela ne voudrait pas dire que les Epidauriens se sentaient différents des Trézèniens, mais qu’ils voulaient juste distinguer l’espace où s’étendait leur autorité. La frontière politique ne serait alors pas une frontière symbolique.

Alors, je ne peux terminer ce développement qu’en citant, encore une fois, le grand spécialiste de la cité en Grèce antique, M. H. Hansen, dans son dernier ouvrage Polis (édition des Belles Lettres, p. 81) :

 « Dans la polis, l’identité politique était une chose entièrement différente de l’identité ethnique ou nationale. Les citoyens d’une polis partageaient leur identité ethnique (langue, culture, histoire, religion) avec les citoyens d’autres cités de la région, tandis que pour eux, l’identité politique (dont le patriotisme) était centré sur la polis elle-même et distinguait toute polis de ses voisines »

Les habitants de l’Argolide habitaient donc bel et bien telle ou telle cité, et possédait une identité politique proprement argienne, épidaurienne ou trézènienne, mais il est fort possible qu’ils partageaient tous une identité plus englobante, « ethnique », au sens où l’a défini Jonathan M. Hall dans Ethnic Identity in Greek antiquity.


[1] M. Sartre, « Aspects économiques et aspects religieux de la frontière dans les cités grecques », Ktéma 4 (1979), p. 214-224 ; D. Rousset, « les frontières des cités grecques. Premières réflexions à partir du recueil des documents épigraphiques », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 5 (1994), p. 97-126


Une réflexion au sujet de « Les frontières en Grèce antique »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *