La cité dans le monde antique : une historiographie récente (des généralités à l’Argolide)

Greece vintage map

La cité grecque a toujours suscité l’intérêt des chercheurs : il suffit de relire l’éternelle Cité Antique (1864) de Numa Denis Fustel de Coulanges pour s’en convaincre. Pourtant le sujet est toujours objet de moultes controverses. Si nombreux sont les étudiants français à avoir parcouru la Cité dans le monde grec de Raoul Lonis (1994) et à accepter qu’une cité, ce soit avant tout « une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard), l’historiographie tend aujourd’hui à reformuler une telle définition.

En effet, depuis quelques années, nous assistons à un véritable renouvellement de l’histoire des cités grecques sous l’égide de M. H. Hansen et de son Copenhagen Polis Centre, fondé en 1993. L’historien, assisté de toute une équipe d’experts, est à l’origine de l’édition, en 2005, d’ un volume inédit (An Inventory of Archaic and Classical Poleis, Oxford University Press).

Cet ouvrage, mine d’or pour tous les historiens, archéologues et littéraires, se divise en deux parties : une tentative de définition de la cité dans le monde grec, suivie d’un inventaire extrêmement détaillé des cités connues et reconnues, regroupées par région géographique.

Ainsi Marcel Piérart s’est-il occupé du territoire de l’Argolide (p. 599-619) : il y dénombre une dizaine de cités (Argos, Epidaure, Mycènes, Trézène, Phlionte, Halieis, Méthana, Cléonai, Hermionè, Tirynthe et Ornéai).

La collaboration de ces différents chercheurs a permis de rectifier certaines erreurs de leurs prédécesseurs. Par exemple, si, au début des années 1990, le nombre de cités grecques aux époques archaïque et classique était évalué à 800, les travaux de M. H. Hansen ont permis de réévaluer ce nombre à 1035 (862 dans l’année 400 avant J.-C.).

Ce dénombrement est le résultat d’une nouvelle définition de la cité, mise au point par M.H. Hansen et ses collègues. Tout en partant de la traditionnelle définition institutionnelle de la polis fournie par Aristote (Politique, III, 9), ils s’éloignèrent de la définition habituelle de la cité comme d’une communauté d’hommes indépendante. Selon eux, l’idée de dépendance est trompeuse, puisqu’il existe de nombreuses cités sous dépendance d’un pouvoir royal (séleucide, lagide ou autres), d’une confédération (étolienne, béotienne…), ou d’une autre cité (Sparte et la Messénie).

Ils remettent cependant l’accent sur certains éléments caractéristiques de la cité. Prenons l’exemple d’Argos (p. 602-606) : après une description topographique, suivent les dénominations de la cité et du territoire, l’analyse de ce territoire et de ses frontières, la démographie, l’histoire politique, la constitution politique, l’organisation politique et ses membres, les divinités poliades, les relations internationales (concours), l’urbanisme et le monnayage. Tous ces critères permettent de différencier un simple village (kômè) d’une véritable cité (polis).

Ce travail innovant fut toutefois critiqué sur plusieurs points (entre autres par Pierre Fröhlich, « l’inventaire du monde des cités grecques. Une somme, une méthode et une conception de l’histoire ») : sur cette notion même de dépendance, sur la définition de la cité, trop « institutionnelle » et trop oublieuse de la société, ainsi que sur des points de méthode quant à la publication et à ses choix. 

Quelques soient les critiques qui lui sont faites, cet ouvrage a permis d’associer la pluralité des cités, la notion d’ « entités territoriales régionales » (Argolide) et la notion plus général de polis. Et cette association est pour moi primordiale, puisque ma thèse, intitulée « Structures, dynamiques et interactions des cités en Argolide aux époques archaïque et classique : une réflexion sur la domination politique d’une cité au cœur d’un territoire dans le monde grec », a pour but de déterminer quel établissement est cité au sein de l’Argolide.

Pour se faire, il faut, selon moi, partir d’une première définition de l’Argolide. Dans l’ouvrage de M. H. Hansen,  l’Argolide prend ainsi en compte la cité de Phlionte, mais pas celle de Corinthe : pourtant, une des seules définitions concrêtes que nous ayons de l’Argolide est celle de Pausanias au livre II de sa Périégèse, qui commence ainsi : « la Corinthie, qui fait partie du territoire argien (…) ( δὲ Κορινθία χώρα μοῖρα οὖσα τῆς Ἀργείας) ».

Si l’on prend en compte cette description, Corinthe devrait figurer dans le chapitre concernant l’Argolide. Il est certain que cette définition ne s’applique qu’à l’époque contemporaine de l’auteur (Pausanias étant une source d’époque romaine) et que le choix de séparer Corinthe de l’Argolide fut fait en fonction de la géographie historique que l’on pense être celle de l’Argolide aux époques archaïque et classique. Marcel Piérart a ainsi parfaitement relevé ce qui, selon moi, constitue, aux époques archaïque et classique les cités d’Argolide. Il me faut donc commencer ma thèse par une géographie historique de ce territoire.

Une cité se comprend en effet également par les interactions qu’elle entretient avec les autres cités d’une même zone géographique et culturelle : ce ne sont donc pas les cités en Argolide qu’il me faut étudier, mais l’Argolide des cités.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *